C’est l’histoire d’une professeure de français, c’est l’histoire d’une jeune maman concernée par l’avenir de ses enfants, c’est l’histoire de l’empathie que nous éprouvons face aux nouvelles quotidiennes, c’est l’histoire d’une personne convaincue qu’une alternative est possible. Une utopiste peut-être ?

Certes, mais lasse des théories et en quête de concret.

Ma question était : comment rediriger ma carrière de prof freelance pour y donner du sens, retrouver de l’ambition et aller de l’avant ? Dans quelle direction m’orienter pour faire de mon maigre bagage un édifice qui ait du sens ?

C’est parti de trois piliers : le Tout-Autour, les Autres, Moi*.

Londres : l’environnement est par définition stimulant. Tout est là, à portée de main. Mais c’est bien souvent gâché, sous couvert de frustration de ne pas y avoir accès : pour des raisons économiques (même se déplacer est cher), des raisons temporelles (métro-boulot-dodo), des raisons personnelles (puis-je vraiment entrer dans cette galerie, moi, ignare des arts ?).

9 millions d’habitants. Et tant de solitude. A l’heure des rencontres digitales, il m’a semblé triste de ne pas pouvoir s’asseoir une heure, avec des gens différents (différents?) une fois par semaine, histoire de partager un petit quelque chose, sans arrière-pensée. Parce que passer un bon moment en compagnie de nouvelles têtes, c’est stimulant.

Evidemment il existe déjà le yoga, la méditation, le sport, le training. C’est bon pour le corps et la tête. Mais qu’en est-il de la stimulation cérébrale ? Ça fait du bien de réfléchir de temps en temps à autre chose qu’au boulot ou au menu du dîner. S’asseoir, se poser autour d’un café, sortir de la maison, du bureau, apprendre de nouvelles choses, mettre un mot d’une autre langue sur un concept étranger, se sentir un poil moins bête et plus préparé pour ce weekend dans une autre contrée. Ça aussi, ça libère de la dopamine.

Eclectic Minds, ça part du syndrome de l’imposteur. Cela suffit de ne pas poser de questions, de ne pas trouver de réponses. It is enough!

Il est temps de découvrir, de s’ouvrir et de passer de bons moments.

Xx Noémie

* Du temps perdu dans des cafés entre deux classes est née ma réflexion : L’investissement dans le matériel n’est pas suffisamment satisfaisant.

A mes yeux, le futur doit être investi dans l’humain (autrui, sa famille, ses amis, notre entourage…), dans l’environnement (son habitat direct ou futur, la nature, le vert directement ou non), dans son bien-être mental (en privilégiant tout ce qui nous fait du bien et ce qui nous fait avancer, ce qui nous rend moins bête).

Réflexion renforcée après la lecture passionnante de Le Langage du Vivant d’Helene Trocmé-Fabre